Blog

La petite histoire de la Ceinture NOC

Le lancement de notre ceinture NOC est l’aboutissement de plusieurs années de développement de produits. L’objectif initial était de réaliser une ceinture au design épuré qui serait d’une durabilité exceptionnelle, avec une empreinte écologique réduite. Pour ce faire, la sélection des matières s’avérait la prémisse de base. Ainsi, nous avons opté pour le cuir de veau italien traité avec des tanins végétaux – une technique de tannage ancienne durable et éthique –, puis encollé sur deux épaisseurs pour obtenir une résistance inégalée sur le marché.

 

À LA RECHERCHE DE LA BOUCLE PARFAITE

Pour la sélection de la boucle, par contre, nous étions dans une impasse. Afin d’atteindre la durabilité désirée, nous étions dans l’obligation d’éliminer toutes les boucles de ceintures classiques car le frottement quotidien et répété de celles-ci coupe la couture et use le cuir de la ceinture au fil du temps !

Notre choix s’est donc orienté vers un modèle de ceinture sans boucle, soit une ceinture avec un système à bouton. Ce type de système d’attache n’altérant pas le cuir de la ceinture, il nous permet de coudre nos deux épaisseurs de cuir et d’augmenter de beaucoup la durabilité, car sans couture, une ceinture tendra souvent à se délaminer.

C’est pourquoi nous avons choisi de dessiner nous-même le bouton parfait : une large base, un angle parfait et une forme adaptée à sa fonction d’attache.


Plusieurs clients sont d’ailleurs venus nous visiter au fil des ans avec des ceintures de marque (Lacoste, Hugo Boss, etc.) payées à fort prix et qui avaient toutes décollées après la première année.

Ainsi, nous avons testé quelques attaches de type bouton de différents manufacturiers, mais après un certain moment, nous avons dû cesser nos recherches et se rendre à l’évidence : nous ne trouverions pas satisfaction dans les modèles disponibles sur le marché (trop gros, trop accrochant, produits instables, etc.).

C’est pourquoi nous avons choisi de dessiner nous-même le bouton parfait : une large base, un angle parfait et une forme adaptée à sa fonction d’attache.

 

LA NAISSANCE DE LA CEINTURE NOC

Nous avons alors fabriqué un prototype, puis un deuxième, et nous avons refait des essais. Voilà !  L’attache Noc est optimisée.

Cette attache nous permet de surpasser toutes nos attentes : durabilité supérieure, design épuré, style de ceinture versatile (tenue de ville, tenue de travail, tenue décontracté), en plus d’être unisexe.

Nous sommes tellement convaincus de la force de notre design que nous avons fait breveter notre dessin au Canada et aux États-Unis !

 

Les ceintures Noc seront portées par des dizaines et des dizaines de personnes afin de les mettre à l’épreuve. Leur durabilité et l’appréciation de nos clients se sont avérés sans fausse note. Notre clientèle aime tellement leur ceinture Noc, qu’elle nous contacte de nouveau pour se procurer une deuxième ceinture : la ceinture brune, tan ou noire qui lui manquait !

Une boutique en ligne actualisée

Depuis la création de Noc Design, l’innovation et la création sont au cœur de chaque nouvelle conception. Toujours prêt à se réinventer et à trouver la meilleure façon de réaliser ses projets, Noc opère aujourd’hui un changement dans la façon d’entreprendre la production de sa collection d’articles de cuir et surtout, élargit ses horizons vers de nouveaux domaines d’activités ; maroquinerie, arts visuels et l’agroforesterie.

L’atelier Noc, un véritable laboratoire de développement de produits, concentrera ses ressources à la production de séries limitées d’articles de cuir et à l’innovation de sa marque. Ces articles seront disponibles exclusivement sur notre boutique en ligne, NocDesign.com, ou lors d’événement à la boutique-atelier. Vous pourrez d’ailleurs dorénavant voir la quantité d’articles disponibles avant même d’effectuer votre achat. D’ailleurs, plusieurs de nos sacs et accessoires demeurent disponibles en ligne et la première production spéciale à être lancée est la ceinture Noc!

Abonnez-vous à l’infolettre pour être informé des nouvelles au fur et à mesure qu’elles se concrétisent.

* indicates required


L’aventure Noc Design se transforme !

On y travaille depuis plusieurs mois et nous y voilà presque. Bien que la création d’articles de cuir demeure un élément important de Noc Design, nous ouvrons nos horizons. Notre mode de production sera maintenant orienté sur la production de séries limitées. Plusieurs sacs et accessoires demeurent disponibles en ligne et la première production spéciale à être lancée est la ceinture Noc.

Vous pouvez déjà y jeter un oeil par ici >>

Continuez à nous suivre pour découvrir les projets de maroquinerie, d’ébénisterie, d’art et d’agroforesterie qui seront introduits au cours des prochains mois.

Prix d’excellence

Le jury du Salon des métiers d’art de Québec a reconnu le savoir-faire, la créativité et la qualité du travail de l’équipe Noc en nous décernant le Prix d’excellence 2016. 150 exposants étaient sur place pour présenter leurs créations. Nous avons récoltés  les honneurs ainsi qu’une bourse visant à souligner notre travail d’artisans.

 

Prenez un instant pour lire l’article à ce sujet >>

NOC : Le film

On m’avait référé Dominic Leclerc comme vidéaste afin de documenter le travail chez Noc. Après visualisation de son travail, on s’est rencontré et on a jasé. On jase là! La captation pour moi, c’est nouveau. J’ai dit oui à toutes ses propositions ou presque… Il a griffonné quelques mots clefs : arbre, temps, lieux, savoir-faire, atelier, sacs. Voilà, le scénario était bien ficelé. Le lendemain, il arrive de bonne heure, caméra à l’épaule et commence sa liste de questions. Le résultat, je vous invite à le visionner, NOC : le film.

Action ! Exposition du 28 mai au 19 juin

Action !

De la conception des sacs à main de grande qualité à la mise en scène puis à la prise de photo jusqu’à la mise en oeuvre, tout est en place pour une immersion totale dans l’Univers de NOC. Une exposition de sacs à main et d’arts visuels contemporains est le résultat d’un long processus créatif multidisciplinaire sous la direction artistique de Mathieu Gnocchini. Les sensations fortes côtoient des situations quotidiennes loufoques, la conscience environnementale et l’amitié se frottent au star système. Une expérience artistique qui associe l’objet 3D à la toile grand format. L’exposition Action! est un plaidoyer artistique pour ces femmes d’action; car dans l’action, tout est possible…

12 ans d’histoires NOC Préambule

En 2002, j’ai réalisé à quel point la création me rendait heureux. Depuis 12 ans, je suis en création constante. Je ne compte plus les projets : photographie, ébénisterie, maroquinerie, dessin, croquis et rédaction. Voici mes premières photos d’Annie, qui ont donné l’impulsion au projet d’entreprise Noc. Avant d’en publier davantage, j’aimerais remercier tout ceux qui m’ont écouté, qui ont créé avec moi.

Entrevue avec Mathieu Gnocchini

Parlez-nous de vos origines

Je suis canadien de naissance, mes grands-parents paternels ont immigré au Canada dans les années 1920, « les années folles ». À cette époque, de grands bouleversements sociaux se sont produits : l’accentuation de la production et de la consommation de masse, l’élargissement des libertés individuelles, la diversification de la mode, etc. La Première Guerre mondiale venait de se terminer et le Monde était en effervescence. Ils quittèrent l’Italie à bord du «Julius Cesare»  remplis d’espoir et de rêves. Mes origines maternelles, quant à elles, sont françaises. Les « Messier » sont des pionniers, des coureurs des bois, des défricheurs, des agriculteurs, des artisans et des artistes qui contribuèrent à la naissance de la Nouvelle-France, du Bas-Canada et du Canada tel que nous le connaissons aujourd’hui.

Je suis donc un beau mélange québéco-italien! Et du beau, il y en a partout dans le monde, mais pas autant qu’ici! (rire)

Comment avez-vous appris à composer avec ces origines diverses et parlez-nous de l’influence de ce mélange culturel dans vos créations?

La seule chose que je sais, c’est que mon côté italien est épuré, classique et recherche la méthode, tandis que mon côté québécois est plus osé et innovateur. Mais ce ne sont que des prétentions.  Je fais surtout de la recherche et j’essaie de ne pas comprendre!

Pourquoi recourir à une trame de fond historique?

Notre histoire est la fondation, la genèse de qui nous sommes. Cela est un peu cliché, mais pour savoir où aller, il est nécessaire de savoir d’où l’on vient. Cette trame de fond historique me permet de me souvenir que le confort d’aujourd’hui et le savoir-faire acquis au fil du temps sont les résultantes d’un travail difficile, de sacrifices et de persévérance. Tout cela réalisé par des hommes et des femmes venus de loin.

En fait, pourquoi NOC?

Mon père a toujours été un passionné de chevaux. Au cours de sa vie, il en a élevé et possédé des dizaines. Tous les rejetons issus de l’élevage familial portent le « patronyme » de Noc, et ce, depuis plus de 40 ans. J’ai côtoyé et je côtoie toujours des chevaux portant ce patronyme : Ian Noc, Dennis Noc, Mat Noc, et ainsi de suite. Jusqu’à aujourd’hui, plus de 200 chevaux ont porté ce nom. Voilà pour l’usage. En ce qui concerne la provenance, vous avez surement remarqué que « Noc » se retrouve dans Gnocchini! Tous les membres de ma famille se sont fait appeler par le diminutif Noc au cours de leur vie. C’est une marque qui véhicule nos valeurs familiales : la ténacité, la discipline, la créativité et l’amour du travail bien fait!

Quels sont les artistes qui vous ont inspiré au cours de votre vie?

Bruno Stallknecht, un ébéniste français qui tenait un atelier (Chez Castor) sur la rue Crémazie à Québec. Je trainais dans son atelier dès que je pouvais. J’y ai passé plusieurs heures à observer et à discuter des essences de bois; indigènes et exotiques.

Puis, un peu après, j’ai fait la rencontre de Patrick Piquet, un maître sellier français. Il m’a assis devant une machine à coudre et il m’a dit de peser sur la pédale. Depuis ce temps… (pause). J’aime observer les artisans travailler.

 

À quel âge avez-vous développé une passion pour la maroquinerie et quand avez-vous décidé d’en faire une carrière?

J’ai réalisé mon premier design d’objet à l’âge de 20 ans. Je ne savais pas que je faisais du design! Étant donné que j’ai joué au football durant mon secondaire et mon cégep, les spectateurs se plaignaient année après année que les bancs leur gelaient les fesses. Et bien, j’avais confectionné, avec une chambre à air de vélo, un coussin en tissus facilement gonflable qui pouvait se transporter et se ranger aisément.

Mon deuxième projet a été la confection d’une grosse lampe fixée à un corset élastique que je m’attachais au torse pour skier la nuit. Un peu comme la lumière d’un train! Je transportais la batterie dans un sac à dos.

Par la suite, je suis entré à l’université et je me suis intéressé à fond aux arbres, à leur bois, à leur peuplement, aux forêts et à leur écosystème.  J’adore les arbres.

C’est à ce moment que j’ai commencé « à travailler » le bois. Avec mon frère Simon, on s’était mis au défi de faire un agenda en bois. Le projet s’est complexifié de rencontre en rencontre et s’est transformé. L’introduction du cuir et des gens qui le travaillent m’a intrigué. Puis, j’ai réalisé l’étendue de l’utilité de la maroquinerie dans notre société.

Vers 2006, je savais que le développement de produits de maroquinerie était pour moi. C’est enivrant de créer des produits pour les autres, de vivre en utilisant ses propres produits, d’identifier des besoins et de mettre en œuvre les moyens pour confectionner l’article qui comblera ce besoin.

Vous avez effectué de multiples voyages sur plusieurs continents, en quoi ces voyages ont eu un impact sur vos créations?

Le design d’objet est associé à un ou des besoins et par conséquents ces derniers sont perçus différemment en fonction de l’histoire culturelle du pays et en fonction des habitudes de fabrication. Malgré la mondialisation des marchés qui effrite ces différences de fabrication, il y a des savoir-faire spécifiques à chaque pays qui persistent. Ce patrimoine est inestimable!

Aussi, les voyages me permettent de me rapprocher de l’objectivité et de développer un nouveau regard sur la réalité. Et j’essaie de résumer tout ça en quelques traits pour ne pas oublier cette lucidité car elle est éphémère!